Super 360 ~ Le forum sur la xbox360 !

Suite à une absence de membre le seul forum restant est Actualités, en attendant une prochaine venue de gamers sur le forum, nous vous prions de bien vouloir poster tous vos messages en rapport avec le contexte du forum dans cette section là, Ashura.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 News du 05/11/10

Aller en bas 
AuteurMessage
Jeu_Nen_Rien
The Dofusien
avatar

Messages : 680
Points : 670
Réputation : 2
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 20
Localisation : Tu es dans le dos, tu dessend un peu et c\\\'est bon tu y es x)

MessageSujet: News du 05/11/10   Sam 6 Nov - 0:41

News du 05/11/10


Si Dragon Ball Raging Blast n'avait pas vraiment brillé par ses qualités, sa suite semblait malgré tout inévitable compte tenu du succès de la franchise. Ainsi donc, Dragon Ball Raging Blast 2 nous parvient un an après son grand frère et comme on pouvait s'en douter, les seules véritables nouveautés sont synonymes de personnages plus nombreux. Est-ce pour autant une raison de bouder cet épisode ? La réponse en quelques lignes...


Un an après le premier épisode, Raging Blast réapparaît histoire de profiter de la période de Noël. Avec un laps de temps si court, cela est-il encore possible de proposer autre chose qu'une version updatée du précédent volet ? On est en droit de se poser la question qui nous taraude depuis la période PS2 où les Tenkaichi débarquaient à un rythme similaire sur nos machines. A la vue du résultat, la réponse semble toute trouvée. Ainsi, bien qu'on trouve ici et là quelques améliorations de gameplay, ces dernières sont tellement minimalistes qu'on a grand peine à les découvrir au premier coup d'oeil. L'embêtant est qu'on sent bien la volonté de Spike de privilégier la quantité à la qualité. De ce fait, on ne sera nullement surpris que le développeur, et accessoirement l'éditeur, mette davantage en avant le nombre de personnages plutôt que la jouabilité. Ceci est d'autant plus étonnant que la principale feature de cet opus n'est pas liée au gameplay mais bel et bien au remake HD d'une OAV déjà sortie en 1993. Le constat est donc plutôt alarmant même si nous ne doutons pas un seul instant que la licence perdurera encore longtemps. Pour l'heure, attardons-nous sur le contenu de cette nouvelle édition.


Plus techniques à aborder, les cyborgs ne sont pas vraiment à préconiser dès le départ.
En premier lieu, on s'aperçoit que Spike n'a pas cru bon d'intégrer un mode scénario digne de ce nom. En même temps, vue la qualité toute relative du précédent, on les comprend un peu. A la place, on trouve donc le mode Galaxie composé d'une succession de défis rattachés à une palanquée de combattants et à la difficulté exponentielle. Si la structure du challenge est d'une désarmante pauvreté, les objectifs à atteindre le sont tout autant. En effet, on vous demandera ici de battre un certain nombre d'ennemis en un temps limité, d'éliminer votre adversaire alors que votre jauge de vie ne cesse de baisser, etc. Si le challenge s'avère des plus rébarbatifs car n'intégrant aucune cinématique cimentant les différents niveaux, vous devrez malgré tout vous en satisfaire afin de débloquer combattants et objets obligatoires pour la customisation de votre guerrier. Concernant ce dernier point, la façon de procéder est grosso modo la même que dans Raging Blast, seul le menu de personnalisation ayant subi un p'tit lifting. Pour le reste, il s'agira de choisir des items pour augmenter votre puissance, votre défense, vos attaques spéciales ou votre régénération de Ki. Bref, vous pourrez aisément passer une bonne trentaine d'heures sur le mode Galaxie pour récolter l'ensemble des 90 personnages d'autant que le déverrouillage de certains chapitres d'un combattant permettra de débloquer certains niveaux de ses petits camarades.


Le mode Galaxie propose un challenge relevé mais sa construction est d'une platitude sans nom.
Si nous continuons dans le manque d'ambition de ce segment, on ne pourra éviter de jeter un mot à propos des bonus à dénicher. En effet, comment ne pas rire en voyant qu'après avoir gagné un âpre combat, on débloque des artworks qui ne sont rien d'autre que des captures d'écran de la série animée et des OAVs. Franchement, de qui se moque-t-on ? M'enfin, passons pour continuer sur les autres modes de jeu dont le dispensable Zone de combat vous demandant d'affronter quelques guerriers avec un fighter personnalisé qui pourra changer d'objets entre chaque affrontement. Ici aussi, outre l'intérêt extrêmement limité de l'entreprise, l'intérêt réside dans le fait de débloquer des objets. Suivent le classique Combat solo et le Combat de puissance dans lequel le niveau combiné des personnages ne doit pas excéder un niveau de puissance total préalablement défini. Enfin, le Combat en équipe proposera des affrontements à cinq contre cinq des plus limités. Oubliez donc les attaques combinées des Marvel Vs Capcom et autres Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 2 puisque dans le cas présent, il sera simplement possible d'éliminer un combattant avant de passer au suivant, ceci valant également pour notre propre team.


L'animé offert en bonus se révèle sympathique pour ceux ne l'ayant pas connu dans sa version originale.
En somme, si ce Raging Blast 2 demeure plus dynamique que son aîné, la comparaison avec le jeu de CyberConnect 2 démontre bien à quel point les adaptations vidéoludiques du manga de Toriyama ont perdu de leur superbe à mesure que les Naruto gagnent en maîtrise et en vivacité. Bien sûr, tout est une question de technique et si les affrontements online se révèlent souvent percutants, on constate à nouveau que Spike n'a pas fait beaucoup d'effort autour de son multi des plus limités. On y retrouve tout de même les modes Standard et Freestyle (pour combattants personnalisés), les parties entre amis et bien entendu l'inévitable Championnat du monde par ailleurs présent en solo aux côtés des Cell Games. En soi, la longévité est donc assurée malgré des modes de jeu n'ayant finalement pas grand-chose de complémentaire. Sur le plan de la jouabilité, c'est un peu mieux même si on retrouve la même maniabilité perfectible que précédemment ainsi que certains soucis de visibilité. On pensera ici à la caméra se bloquant dans le dos du personnage lorsque son adversaire est hors champ. Toujours aussi déstabilisant. La mise en avant des sticks (pour balancer les super-attaques) et de la croix pour retrouver son Ki n'est pas non plus des plus intuitives mais on s'y fait bon gré mal gré. En revanche la gestion dudit Ki est plutôt astucieuse en cela qu'elle cloisonne un peu l'utilisation des grosses attaques qu'il est toujours aussi facile d'éviter lorsqu'on est à distance raisonnable de l'ennemi.


Les combats demeurent plus pêchus que ceux du précédent volet mais ne peuvent rivaliser avec ceux d'un Naruto.
Pour autant, on regrette qu'il y ait un tel déséquilibre entre quelques guerriers. Il suffit d'incarner Videl ou un Saiyen pour se rendre compte à quel point la demoiselle a peu de chance de remporter l'affrontement. Dans le même ordre d'idées, les cyborgs ont clairement un désavantage dans le sens où ils ne peuvent concentrer leur Ki. Il faudra alors privilégier le corps à corps pour récupérer suffisamment d'énergie avant de balancer la sauce. Néanmoins, les affrontements sont un peu plus dynamiques, notamment grâce à quelques effets de style ou diverses améliorations permettant d'esquiver plus facilement via des pas de côté ou un système de téléportation plus ouvert. Les QTE rempilent elles aussi mais se résument au final à des attaques fantômes mises en exergue par des mouvements de caméra censés simuler la rapidité des coups. Toutefois, dans l'absolu, cet aspect reflète bien des passages de l'anime et tend vers un rapprochement encore plus intime entre les combats du jeu et ceux de la série de Toei Animation. Il n'en faudra pas plus au fan endurci pour succomber même si on serait enclin à lui proposer d'attendre un éventuel Raging Blast 3 tant ce deuxième épisode apporte peu par rapport à son prédécesseur. Mais comme on dit, le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point...

Divinity II : The Dragon Knight Saga


Sorti fin 2009, Divinity II : Ego Draconis s'était retrouvé en position d'outsider face à deux concurrents de taille, Dragon Age : Origins et Risen. Le jeu de rôle de Larian Studios a pourtant enchanté tous ceux qui s'y sont adonnés, tant ses petits défauts ne pesaient pas bien lourd à côté de ses qualités d'écriture et de son gameplay dynamique. Seule la conclusion, d'une magnifique audace, en a laissé certains sur leur faim. Ceux-là vont pouvoir évacuer leur frustration dans Divinity II : The Dragon Knight Saga. Ce pack regroupe le jeu de base et son extension Flames of Vengeance, qui clôt magistralement cette saga épique.


Avant d'entrer dans le vif du sujet, il convient de préciser que vous pouvez vous procurer Flames of Vengeance par deux biais différents. Disponible en téléchargement sur PC pour une vingtaine d'euros, cet add-on est également proposé dans une version boîte intitulée Divinity II : The Dragon Knight Saga, où il est associé à une version remastérisée du jeu de base, le tout pour 40 euros. Si le tarif de ce packaging est plus qu'honnête pour ceux qui ne possédaient pas encore Ego Draconis, les joueurs Xbox 360 et les joueurs PC réfractaires au téléchargement auront la sale impression de devoir repayer une deuxième fois le jeu de base pour pouvoir profiter de son extension. Une version boîte du seul Flames of Vengeance aurait été appréciée.


Vous pouvez créer un tout nouveau personnage de niveau 35.
Autre regret : ceux qui avaient goûté à Ego Draconis sans en venir à bout auront la désagréable surprise de constater que leurs anciennes sauvegardes ne sont pas compatibles avec cette version remastérisée, qui les contraindra donc à reprendre l'aventure à zéro. D'un point de vue technique, il n'est pas nécessaire d'avoir bouclé le jeu de base pour lancer Flames of Vengeance. Car si cette extension vous permet d'importer une sauvegarde finale, elle vous donne aussi la possibilité de créer un nouveau personnage de niveau 35, en optant pour un archétype prédéfini (guerrier, mage, ranger et prêtre) ou en allouant vous-même les points octroyés. Mais scénaristiquement parlant, il nous paraît indispensable d'avoir vécu l'épilogue de Ego Draconis pour profiter pleinement de cette nouvelle campagne. Nous conseillons d'ailleurs à tous les lecteurs qui n'auraient pas fini le jeu de base de faire l'impasse sur le paragraphe suivant, qui lève le voile sur certains événements et contient donc des révélations susceptibles de vous gâcher la surprise.


Ambiance crépusculaire et décors baroques sont de rigueur.
Le twist final, audacieux et déconcertant, vous révélait en effet que votre avatar avait été manipulé, au même titre que Zandalor, par la retorse Talanna/Igraine. Non seulement Damian n'a pu être vaincu, mais vous lui avez même permis de retrouver sa moitié. Brillant ou frustrant, selon les points de vue, cet épilogue laissait tout de même augurer d'une suite, puisqu'on quittait le couple diabolique alors que son armada s'apprêtait à assaillir Rivellon. Flames of Vengeance s'ouvre sur le siège d'Aleroth et la tentative désespérée de Zandalor pour protéger la ville : afin de se procurer la puissance nécessaire pour ériger un bouclier d'énergie autour des remparts, le mage au chapeau pointu se voit contraint de briser la prison magique qui maintenait l'âme d'un certain Behrlihn en captivité. Ce dernier, qui n'est autre qu'un ex-serviteur de l'Alliance des Ténèbres, s'empresse de venir vous rendre visite dans votre prison astrale et vous libère à condition que vous l'aidiez à se réincarner. Après avoir été la marionnette de Talanna, accepterez-vous d'être celle de Behrlihn ?


Vous aurez aussi l'occasion de visiter les profondeurs d'Aleroth.
L'aventure de Flames of Vengeance se déroule presque entièrement dans la cité d'Aleroth, dont vous avez eu un avant-goût dans l'opus précédent, et que vous avez peut-être même déjà parcourue dans Divine Divinity. Protégée des assauts incessants des forteresses volantes de Damian par le bouclier de Zandalor, envahie dans sa partie basse par des hordes de morts-vivants, la ville revêt un aspect crépusculaire qui n'empêche pas ses différents quartiers de rester très animés. C'est l'occasion de constater l'amélioration graphique dont bénéficie cette extension : antialiasing, textures en haute définition et gestion bien plus convaincante des sources de lumière sont au programme, sachant qu'il vous faudra tout de même disposer d'une bonne machine pour en profiter tout en conservant un framerate acceptable. Flames of vengeance reconduit par contre le même gameplay, sans proposer aucune nouvelle compétence. Plutôt que de respecter le cahier des charges habituel, Larian Studios a préféré concentrer la totalité de ses efforts sur l'écriture. Le résultat tient en un mot : magistral.


Cet add-on offre un foisonnement de quêtes annexes de qualité.
C'est bien simple, la première référence qui vient à l'esprit de l'auteur de ces lignes pour évoquer les qualités narratives de cette extension, c'est Planescape Torment. Certes, on a vite fait le tour des différents quartiers d'Aleroth, mais leur densité est assez exceptionnelle. Ils regorgent de PNJ qui ont tous une histoire à raconter et un rôle à jouer, et qui sont parfois au centre de plusieurs quêtes annexes. La démarcation entre la trame principale et les missions secondaires n'a d'ailleurs jamais été aussi ténue. Flames of Vengeance propose un réseau de quêtes en toile d'araignée d'une surprenante efficacité : quoi que vous fassiez, vous êtes sans arrêt parasité par d'autres sollicitations, et c'est généralement en effectuant une tâche ou en explorant un endroit qui n'a a priori rien à voir que vous tomberez sur l'élément qui débloquera la quête que vous aviez laissée en suspens. De manière générale, cette extension ne prend jamais le joueur par la main, et lui demande même régulièrement un effort auquel il n'est plus vraiment habitué : chercher un peu !


La difficulté de certains combats est toujours aussi punitive.
Cette architecture scénaristique brillante et jubilatoire s'appuie sur des dialogues tellement bien écrits qu'ils semblent sortis des meilleurs point'n click, et si les PNJ sont parfois caricaturaux, c'est pour mieux servir l'humour fin et décalé qui fait souvent mouche. Ici, vous aurez affaire à un théâtre baroque désaffecté où des fantômes veulent monter une pièce qui a échoué quelques décennies plus tôt. Là, vous devrez aider un cercle d'érudits machistes, charmés par une vamp qui les a transformés en légumes. Là encore, c'est un meurtre dans une maison close que vous aurez à élucider. Il vous arrivera également de croiser quelques personnages de Ego Draconis, comme ce fourbe de Willy à qui vous aurez l'occasion de rendre la monnaie de sa pièce. Flames of Vengeance regorge enfin de références culturelles et cinématographiques que vous pourrez vous amuser à relever (Terminator, Star Wars, Herbert West - Reanimator, etc.). Et s'il ne propose qu'une petite vingtaine d'heures de jeu, on y retrouve en concentré tout ce qui faisait la richesse et l'intérêt du jeu de base.


Certaines situations vous demanderont d'effectuer des choix cruciaux.
Flames of Vengeance parvient de surcroît à échapper partiellement au défaut typique de ce genre d'extensions : le grosbillisme trop souvent de rigueur. Votre personnage débute avec de nombreux pouvoirs, et le fait de disposer d'emblée d'un gros score d'anticipation est susceptible de lui faciliter la tâche. Mais d'un autre côté, il ne dispose à la base que d'un équipement minimal, sachant que les combats souffrent d'une difficulté toujours aussi punitive. Certains affrontements vous contraindront notamment – mais vous en avez désormais l'habitude – à faire marche arrière et à prendre quelques niveaux avant de revenir. Cet add-on corrige en tout cas le défaut majeur de Ego Draconis : les créatures ne sont plus imbattables ou inoffensives quand elles ont plus de 3 niveaux d'écart avec vous. Quoi qu'il en soit, l'aventure étant bien plus urbaine et sociale que celle du jeu de base, les combats y sont moins prépondérants. Vous aurez tout de même l'occasion de lutter sous votre forme de dragon dans une séquence spectaculaire. Le cocktail est donc parfaitement équilibré, et le plaisir immense.


Les news diverses :


L'arrivée de Rock Band 3 sur le marché complique un peu la donne en ce qui concerne les mises à jour du catalogue du jeu musical. Entre les morceaux qui sont compatibles avec Lego Rock Band, ceux qui ne le sont pas, ceux qui proposent une portée Pro Guitar et Pro Bass, et ceux qui n'en ont pas, il y a de quoi se perdre facilement. Nous ferons au mieux pour vous indiquer clairement ce qu'il en est au fil des semaines et des mises à jours prévues. La semaine prochaine, c'est tout un album de Bon Jovi qui arrive dans Rock Band 3 avec pour toutes les chansons les modes Pro Keyboard et Pro Drums, et pour certaines la possibilité de rajouter du Pro Guitar et Pro Bass. Deftones, New Order et Talking Heads sont aussi au menu. Les morceaux arriveront tous le 9 novembre sur Xbox 360 et Wii, puis le 10 novembre sur PS3. Notez enfin que Rock Band 3 propose enfin la possibilité de télécharger des packs complets sur Wii.

- Bon Jovi - Bad Medicine
- Bon Jovi - Blaze of Glory
- Bon Jovi - Have a Nice Day
- Bon Jovi - I’ll Be There For You
- Bon Jovi - It’s My Life
- Bon Jovi - Lay Your Hands On Me
- Bon Jovi - Livin’ on a Prayer (RB3 version) *
- Bon Jovi - Runaway *
- Bon Jovi - Wanted Dead or Alive (RB3 version) *
- Bon Jovi - We Weren’t Born to Follow
- Bon Jovi - Who Says You Can’t Go Home
- Bon Jovi - You Give Love a Bad Name (RB3 version) *
- Deftones - My Own Summer (Shove It) *
- New Order - Blue Monday *
- Talking Heads - Burning Down the House *

C'est hier que sortait Dance Central aux Etats-Unis, pour le lancement de Kinect, l'appareil à reconnaissance de mouvements de Microsoft. Et le jeu de danse propose déjà un DLC payant, récupérable sur le Xbox Live Arcade. Celui-ci contient trois nouvelles chansons (« Because of You » de Ne-Yo, « Temperature » de Sean Paul et « I Got You Dancing » de Lady Sovereign) sur lesquelles il s'agira bien entendu de danser tout en suivant correctement la chorégraphie proposée.

On ignore encore si le même contenu sera également disponible à la sortie de Dance Central en France, prévue pour le 10 novembre prochain, en même temps que Kinect.

près avoir régalé les amoureux de la marque au cheval cabré hier, Eden Games continue la distribution d'images de Test Drive Unlimited 2. Cette fois, le jeu de courses semble bel et bien terminé, nous devrions avoir droit à une succession de visuels d'ici sa sortie fin janvier 2011. Aujourd'hui, S3, Esprit, TT et autres Viper sont à l'honneur.

On savait déjà que le cinéma ne laisserait pas tomber la saga Transformers en nous offrant un troisième film prévu pour le mois de juin 2011. Le jeu vidéo n'est pas en reste, puisqu'Activison vient en effet d'annoncer le développement d'un titre Transformers, sans pour l'instant juger bon de nous abreuver d'informations supplémentaires. On apprend donc seulement que ce prochain jeu sera bien lui aussi de sortie en 2011.

On savait le nouveau True Crime prévu pour l'année prochaine depuis son report en août dernier. On apprend aujourd'hui que True Crime : Hong Kong sortira sur PS3 et 360 (et PC ?) dans le courant du second trimestre 2011. Cela rassure quelque peu les fans de la série qui étaient sans nouvelle du développement du jeu d'action depuis l'annonce du décalage de sa sortie.

C'est en mars 2011 que débarquera le prochain Dynasty Warriors au Japon. En attendant la sortie française de ce septième opus prévue pour le deuxième trimestre 2011, voici donc une nouvelle fournée d'images pour nous faire patienter. Comme on l'avait déjà appris il y a quelques temps, Dynasty Warriors 7 accueillera de nouveaux personnages possédant leurs scénarios propres. Il sera cette fois également possible d'accéder à toutes nos armes directement sur le champ de bataille.

Alors que le très attendu (et c'est un euphémisme) Call of Duty : Black Ops sort mardi, voilà qu'Activision a confirmé l'existence d'un 8ème volet à la série ! Pour l'instant, nous n'avons pas encore la moindre bribe d'information concernant cet opus. En effet, l'annonce a juste été faite à quelques investisseurs lors de la présentation des résultats financiers et du prévisionnel de l'éditeur. Quoi qu'il en soit, nous vous ferons part de la moindre nouvelle que nous pourrions obtenir sur ce titre.

On le connaissait pour l'instant sous le nom de Crusaders : Invasion of Constantinople. Devenu The Cursed Crusade, ce titre orienté action-aventure développé par les Français de Kylotonn Entertainment se dote d'une galerie d'images alléchantes. Par la même occasion on apprend que le titre est prévu pour l'été 2011 sur PC, PS3 et Xbox 360 et se déroulera au 12ème siècle, en plein cœur d'une croisade dans le but de conquérir Constantinople. Deux personnages seront proposés, Esteban le mercenaire et Denz le Templier, et seront également jouables dans un mode coopératif en ligne ou en écran splitté. On nous promet plus de 130 armes à manier lors des phases d'action et 90 combos différents. On a maintenant hâte d'en apprendre et d'en voir davantage sur ce jeu prometteur.

On savait déjà que cette préquelle au jeu de simulation de bar à hôtesses Dream C Club était prévue pour la fin de l'année au Japon. Dream C Club Zero s'illustre maintenant plus généreusement, et dans tous les sens du terme, nous dévoilant un peu les charmes de ces fameuses hôtesses qu'il faudra donc séduire et envoûter au cours de rendez-vous en-dehors du fameux bar. Une fonction vous permettra également de les prendre en photo dans diverses positions.

_________________
A magic banana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://super-360.1fr1.net
 
News du 05/11/10
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Breaking news Dany Tousen fe STROKE
» [22/04/11] Une news qui sert à rien
» Bad News Brown
» derniere news
» Anaheim Ducks news

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Super 360 ~ Le forum sur la xbox360 ! :: Super 360 ~ Tous sur la xbox360 :: Actualités-
Sauter vers: